Réseaux Société

Fréderic Cavazza : « Depuis les “gilets jaunes”, les débats se sont politisés sur Twitter »4 min read

26 février 2020 3 min read

Fréderic Cavazza : « Depuis les “gilets jaunes”, les débats se sont politisés sur Twitter »4 min read

Reading Time: 3 minutes

L’affaire Griveaux, la politisation des débats sur Twitter, l’anonymat sur les réseaux sociaux… Entretien à bâtons rompus avec Fréderic Cavazza, expert en transformation digitale et fondateur du cabinet de conseil Sysk.

Depuis l’affaire Griveaux, les réseaux sociaux sont cloués au pilori… A juste titre ?

Il n’y a pourtant rien de nouveau dans l’affaire Griveaux. Dévoiler des vidéos ou des photos intimes est une pratique qui a toujours existé, que ce soit en France ou ailleurs. Avant Twitter, il y avait la presse à scandale, qui relayait les histoires de « sauteries ». Et en l’occurrence, ce serait plutôt Benjamin Griveaux qu’il faudrait blâmer pour son comportement plus que « léger »…

Plusieurs personnalités politiques ou médiatiques réclament une régulation des réseaux sociaux et la fin de l’anonymat. Comment analysez-vous ces revendications ?

Ce sont des revendications ridicules qui proviennent de personnes déconnectées des usages du numérique. Il y a un an, l’Angleterre a tenté de mettre fin à l’anonymat sur les réseaux sociaux et notamment au « revenge porn ». Ça a été un fiasco et le gouvernement anglais a reculé.

Fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux : « Ce sont des revendications ridicules qui proviennent de personnes déconnectées des usages du numérique »

En matière de protection des données personnelles, avez-vous l’impression que l’État protège les citoyens… ou qu’il les contrôle ?

La loi protège les citoyens sur les réseaux sociaux et sur Internet grâce au règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD). Des campagnes de prévention ont également été déployées pour lutter contre le cyber-harcèlement et la cybersécurité.

Les États cherchent-ils à contrôler les individus ? Sans doute, mais ces pratiques de surveillance ne sont pas nouvelles, elles existent depuis les années 1950-1960 avec les services de renseignement…

Le RGPD est-il réellement efficace pour défendre les internautes ?

Oui, car il y avait un véritable trafic des données personnelles à des fins publicitaires. Avant le RGPD, c’était le Far West, et il était primordial d’imposer des règles strictes.

« Si vous avez des idées qui vont à l’encontre du plus grand nombre, je vous conseille de les garder pour vous »

La démocratisation d’Internet et l’apparition des réseaux sociaux ont-elles renforcé la liberté d’expression ?

Les réseaux sociaux renforcent la liberté d’expression parce que tout le monde peut y exprimer ses idées. Cependant, depuis quelques années, cette liberté d’expression est contrainte par la loi du nombre et la pression sociale. Si vous avez des idées qui vont à l’encontre du plus grand nombre, je vous conseille de les garder pour vous.

A vous entendre, les réseaux sociaux poussent à l’autocensure…

Sur Facebook et Twitter, la tentation d’une autocensure du fait de la pression sociale existe. Néanmoins, il existe des plateformes, des groupes privés, des forums masqués où la liberté d’expression est sans limite. Par exemple, sur la plateforme 4chan (forum de discussion américain — ndlr) où toutes les idées et manières de pensée sont énoncées.

« Twitter doit se remettre en question et proposer à ses utilisateurs des systèmes de conversations plus innovants »

A titre personnel, évitez-vous d’aborder certains sujets ?

Depuis l’avènement du mouvement des « gilets jaunes », les débats se sont fortement politisés, notamment sur Twitter. Autrement dit, il faut choisir un camp : être pour ou contre. D’autres sujets comme le nucléaire, le véganisme ou l’islamisme donnent lieu à des débats stériles, à des paroles de haine et d’intimidation. Du coup, je m’interdis de parler de politique. Je n’ai aucune envie de participer à la cacophonie ambiante.

Twitter a-t-il évolué positivement ces dernières années ?

Twitter me permet à la fois de m’informer, de découvrir de nouvelles tendances et d’exposer mes idées en touchant un large public. Twitter est un réseau social B2B, la plateforme de prédilection pour les leaders d’opinion et la seule où les experts d’industries sont présents.

Mais Twitter évolue trop lentement. A mon avis, la plateforme doit innover. Certes, nous pouvons aujourd’hui écrire des tweets plus longs puisque nous sommes passés de 140 à 280 caractères. Il y a également le principe de thread pour enchaîner les tweets… Mais ce n’est pas suffisant. Twitter doit se remettre en question et proposer à ses utilisateurs des systèmes de conversations plus innovants.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo. tempus leo ultricies ut dictum