Innovation

Une start-up française développe un traitement alternatif aux antibiotiques2 min read

20 juin 2019 2 min read

author:

Une start-up française développe un traitement alternatif aux antibiotiques2 min read

Reading Time: 2 minutes

La résistance aux antibiotiques serait responsable de 33 000 décès en Europe. Face à ce chiffre alarmant, la jeune entreprise française Pherecydes Pharma a développé un traitement alternatif naturel permettant, grâce au soutien de l’Union européenne, de sauver des vies.

Chaque année, en France, de nombreuses personnes hospitalisées souffrent de maladies nosocomiales dues à des souches bactériennes résistantes aux antibiotiques. Les antibiotiques ont permis de faire considérablement reculer la mortalité associée aux maladies infectieuses au cours du 20e siècle.

Hélas, leur utilisation massive et répétée a conduit à l’apparition de bactéries résistantes. En plus de devenir un problème central de santé publique pour les prochaines décennies, cette résistance a un coût pour les Etats européens puisque, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, celleci coûte chaque année 1 milliard d’euros aux contribuables européens.

Pherecydes Pharma évalue à 10 millions le nombre de personnes dans le monde qui pourraient mourir d’ici 2050 de la résistance aux antibiotiques. Depuis une dizaine d’années, la société, basée en Ile de France, développe son traitement alternatif et a su s’imposer comme le leader européen de la phagothérapie. La technique naturelle développée par Pherecydes Pharma consiste à isoler des phages, c’est-à-dire des virus qui n’infectent que des bactéries, afin de sélectionner les meilleures souches et ainsi lutter plus efficacement contre de nombreuses infections bactériennes.

Testé depuis 2017 avec 3 hôpitaux en France et en particulier les Hospices Civils de Lyon, ce traitement innovant a déjà sauvé la vie de 6 patients volontaires en échec d’antibiothérapie. Le projet de Pherecydes Pharma a reçu le soutien appuyé de l’Union européenne via des financements qui lui ont permis de réaliser sa première étude clinique.

A terme, ce financement européen sera utilisé pour produire des phages selon les « bonnes pratiques de fabrication pharmaceutiques (BPF) ».  Un site de production BPF à Nantes va être créé avec l’objectif d’obtenir en 2020 le statut de « laboratoire pharmaceutique » permettant à la société la commercialisation de ce traitement alternatif. 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mattis ut in ut consectetur Donec lectus sem, risus