Entrepreneurs

Édouard Morhange, fondateur d’Epicery : « Nous devrions être rentable en 2019 »3 min read

23 août 2018 3 min read

author:

Édouard Morhange, fondateur d’Epicery : « Nous devrions être rentable en 2019 »3 min read

Reading Time: 3 minutes

Lancé en 2016, Epicery (1 M€ de CA, 16 salariés) permet de passer commande directement auprès de ses commerçants de quartier. L’un de ses fondateurs, Édouard Morhange, nous explique les spécificités de sa start-up, dont Monoprix est l’un des actionnaires.

Pourquoi avez-vous cru dans ce secteur ?

Nous étions convaincus qu’il y avait des choses à faire compte tenu de la maturité de la livraison du dernier kilomètre. Nous voulions permettre à ces artisans, qui étaient les derniers commerçants à ne pas être en ligne, de vendre leurs produits sur le Web. C’est un partenariat gagnant-gagnant.

Qu’apportez-vous réellement aux commerçants locaux ?

On leur fournit un service clé en main (photos, catalogue, stocks, livraison…). Ils gèrent leurs commandes et leurs disponibilités depuis une simple tablette. Nous représentons entre 10 et 30 % de leur CA. Certains de nos partenaires ont vu leur CA progresser de 20 %.

Quel modèle avez-vous choisi pour la livraison ?

Contrairement à d’autres acteurs, nous n’avons pas intégré une flotte de livreurs. Nous transportons des produits assez hétérogènes, on a donc besoin de vélos, de vélos cargo, de scooters électriques, et parfois de piétons (pâtisserie, fruits de mer…). Nous travaillons donc avec différentes sociétés.

Quelle est la promesse pour le client ?

Vous livrer dans l’heure ou en programmée des produits frais et de qualité confectionnés par des artisans de votre quartier au même prix qu’en boutique.

Quel est votre modèle économique ?

Comme dans beaucoup de marketplaces, on prélève une commission (25 %, NDLR), qui permet au commerçant de vendre au-delà de sa zone de chalandise traditionnelle. Cela génère des ventes additionnelles et les paniers sont plus importants qu’en magasin. Nous souhaitons atteindre un millier de commandes par jour d’ici la fin de l’année.

Un futur rachat par Monoprix ? « Si les choses se passent bien, cela peut être en effet une option raisonnable… En prenant un industriel à notre capital, on sait pertinemment que cette question finira par se poser »

Quid de la rentabilité ?

Nous devrions l’atteindre en 2019, ce qui très rapide dans l’univers des foodtech. La course à la taille que se livrent Deliveroo, Uber Eats ou Foodora se fait au détriment de la rentabilité. On a fait le choix inverse en adoptant une approche plus raisonnable. Chacune de nos courses est rentable.

Quelle est l’ambition d’Epicery en 2018 ?

Etendre les zones de livraison à d’autres villes, notamment Bordeaux. Nous sommes déjà présents à Paris et Lyon.

Quel est le sens de votre partenariat avec Monoprix, qui a pris une part minoritaire dans le capital d’Epicery ?

Il nous permet de travailler sur le développement géographique grâce la logistique du groupe Monoprix, leader de la livraison depuis le centre-ville (3,5 millions de commandes par an et 600 magasins, NDLR). Nous allons proposer un panier avec des produits Monoprix et des produits de commerçants.

Elsa Hermal et Edouard Morhange, cofondateurs d’Epicery.

Un rachat par Monoprix est-il à terme envisageable ?

Si les choses se passent bien, cela peut être en effet une option raisonnable… En prenant un industriel à notre capital, on sait pertinemment que cette question finira par se poser.

Quelle est l’étendue du marché d’Epicery ?

Nous ne sommes pas sur un marché mondial : il est européen, voire très français. La priorité reste la France. Tant qu’on n’aura pas une bonne implantation dans l’Hexagone, nous n’envisagerons aucun déploiement à l’international.

Avez-vous de la concurrence ?

Nous sommes quasiment seuls sur notre secteur. Les entreprises qui ont la même démarche que nous sont souvent des acteurs locaux qui n’ont pas forcément les moyens de se développer. Ce n’est pas un marché de masse, il concerne surtout les urbains actifs. Il n’y aura pas la place pour beaucoup acteurs.

Propos recueillis par Thibaut Veysset

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tristique Curabitur odio amet, at efficitur. Phasellus