Leadership

Vie pro, vie perso : l’impossible équilibre ?10 min read

27 juin 2018 7 min read

author:

Vie pro, vie perso : l’impossible équilibre ?10 min read

Reading Time: 7 minutes

Organiser son temps, changer et améliorer sa qualité de vie… Pour de nombreuses femmes, c’est une prouesse d’équilibriste. Que vous souhaitiez apprendre à mieux gérer vos priorités, gagner en efficacité au bureau comme à la maison, concilier harmonieusement vie professionnelle et vie privée, décider activement du cours de votre existence… la solution ne serait-elle pas de changer votre rapport au temps 

La première méthode pour arriver à trouver un bel équilibre de vie, c’est de se poser pour prendre le temps de réfléchir à sa vie, ses envies, ses désirs, faire le point sur ce qui va et ce qui ne va pas. La plupart des femmes ont avant tout un souci de manque de temps. Il faudrait que les journées fassent plus de 24 heures…

Ralentir et prendre le temps de vivre quand tout va trop vite, c’est accéder au bonheur de faire une pause, loin du tumulte du monde et de nos vies compliquées. S’asseoir, être heureux chez soi, apprécier les merveilles qui nous entourent, respirer et faire un avec la nature. Etre là, tout simplement, pleinement. Et si nous apprenions à goûter ce sentiment de paix et de sérénité ?

Une place essentielle dans nos vies

Dans notre société occidentale et industrialisée, le temps a pris une place importante : smartphones, montres, horloges et agendas font partie de notre vie quotidienne. Le temps paraît très précieux puisqu’il est organisé linéairement, comme l’argent, il se compte et s’économise. L’environnement professionnel et scolaire réveille les préoccupations temporelles et nous impose des contraintes telles que les horaires chargés, les journées minutées, les échéances à respecter, la course après le temps…

On peut avec Saint Augustin relever que le temps passé n’existe plus et que le temps futur n’existe pas encore, nous condamnant au présent, mais la perception du temps est plus délicate encore puisqu’il faut un intervalle entre deux événements pour estimer à quelle vitesse il est passé.

Recréer une harmonie entre le temps biologique, le temps mesuré, le temps vécu serait donc selon tous les spécialistes et experts de la question un gage de bonne santé ou de bien-être. Un rapport au temps modifié La technologie (internet, smartphones, réseaux sociaux…) a profondément modifié le rythme de nos vies. Alors que les précédentes décennies exposaient une séparation limpide entre le travail et la détente, les outils d’aujourd’hui mélangent le temps consacré aux sphères professionnelles et personnelles.

Les différents temps de vie peuvent se superposer

Pourquoi ? Tout simplement parce que les outils centralisent plusieurs de nos identités (amis, collègues, contacts professionnels…), ce qui rend la frontière entre les deux sphères très floue. Les différents temps de vie peuvent se superposer, ce qui engendre une confusion des temps, un mélange permanent qui impose un ensemble d’activités quotidiennes hétéroclites.

De quoi rendre l’adage « on ne mélange pas vie privée et professionnelle » obsolète. On finit par être à l’écoute de nos besoins extérieurs, mais peu réceptif à notre horloge interne. Résultat, on manque de plus en plus de temps, parce que tout va trop vite et qu’on ne cesse de courir après le temps. En plus, l’état de stress de nos semblables participe à ce sentiment puisque l’une des hormones du stress, le cortisol, lorsqu’elle est produite en excès par l’organisme, donne la sensation d’accélération. Tout concilier, c’est possible !

Voici dix clés, dix conseils, qui vous aideront à voir la vie autrement, à mieux vous organiser et donc à mieux concilier vos objectifs de vie personnelle et professionnelle.

1. Mieux gérer son temps

Selon Laurence Roux-Fouillet, sophrologue, formatrice en entreprise et auteur d’ouvrages en développement personnel, « L’objectif est donc de comprendre les grandes étapes de notre existence et à gérer précieusement le temps qui nous est imparti. Cela passe par plusieurs axes : faire un juste emploi de notre temps et en ressentir les bienfaits, profiter des « temps morts » pour faire ce que l’on souhaite vraiment, faire la chasse aux « voleurs de temps », pour ne plus en perdre, trouver le bon rythme pour dérouler enfin le reste de notre vie. »

Répartir les temps de contraintes incontournables et les temps de plaisir soudains ou programmables, c’est prendre une assurance-vie sur les regrets qui nous guettent le jour du grand bilan. Chacun doit retrouver en lui son rythme propre qui donnera à sa vie plus de sens. L’organisation est importante quelles que soient les circonstances, mais cela est particulièrement le cas lorsque l’on est submergé par le travail et que le stress est en forte augmentation.

Dans tous les cas, avoir un planning précis des tâches à effectuer est important à condition de ne pas le surcharger, sinon le risque est de finir chaque journée en se disant que l’on n’en a pas fait suffisamment. Prévoir quelques moments pour les urgences est nécessaire. Il faut apprendre à faire des choix et connaître ses priorités. Et même si l’on considère que tout est important, prévoir un degré dans l’ordre des tâches à accomplir s’avère indispensable.

2. Apprendre à dire non

Le surmenage est aussi la résultante d’un comportement bien connu : l’impossibilité à dire « non ». A son patron, à ses enfants, à ses parents, peu importe, le fait est que faute d’exprimer son désaccord dès le départ, il devient impossible de revenir en arrière, du moins c’est la sensation que l’on a.

Or, apprendre à dire non peut être absolument salvateur, à condition de le faire à bon escient bien entendu. Il faut donc apprendre à se lancer sans pour autant être agressif. La meilleure façon est de refuser et d’argumenter si nécessaire, en donnant les raisons de son refus, sans pour autant avoir l’air de s’excuser.

3. Ralentir pour vivre mieux

Depuis une vingtaine d’années, d’ailleurs, les mouvements autour du slow prônent le ralentissement dans les domaines du travail, de l’alimentation, des déplacements.

La notion de ralentissement peut se concevoir non seulement dans le temps (aller moins vite) mais aussi plus globalement dans l’attitude (freiner, en faire moins mais mieux, se débarrasser des fausses urgences pour ne plus se sentir débordé…). « Moins vite égale mieux ! » pourrait être le slogan de ces nouveaux croisés d’une certaine qualité de vie.

Lenteur et positivité pourraient alors s’associer pour mieux vivre et mieux apprécier sa vie de tous les jours, dans une forme d’ascèse douce et bénéfique.

4. Oublier la culpabilité

En finir avec la culpabilité est évidemment un programme en tant que tel. Pourtant cela est essentiel pour la plupart des personnes surmenées. Chez certains profils, le surmenage n’est en effet pas un hiatus dans leur vie, mais une habitude. Evidemment, il y a les hyperactifs, mais aussi ceux qui se sentent coupables à la simple idée de ne pas tout faire.

Un travail qui s’avère souvent de longue haleine et peut être mené à bien par exemple avec des exercices répétés, souvent conseillés dans le cadre d’une thérapie comportementale.

5. Prendre du recul

Notamment face aux évènements qui vous occupent l’esprit afin de trouver une solution à vos problèmes s’ils vous torturent : on repousse bien souvent des choses d’apparence « contraignantes » au lieu d’essayer de les régler dès que possible.

Apprenez à analyser les conflits afin de n’en ressortir que le positif, relativisez, ayez confiance en vous, choisissez ce qui vous convient le mieux, tirez des leçons de vos échecs : on évolue grâce à eux !

6. Pratiquer la relaxation

Allongée ou assise, détendez vos muscles, inspirez et expirez doucement très profondément, fermez les yeux et laissez-vous transporter. Essayez de visualiser des images agréables : un champ de lavande, une plage, la montagne… fixez-vous sur cette image, supprimez toute autre pensée.

7. Faire du sport

Le surmenage signifie que l’on n’a pas le temps de faire d’activités extérieures entre le travail professionnel et privé. Si l’on se remue déjà suffisamment dans la journée, inutile d’en rajouter. Mais si le surmenage est surtout intellectuel, et que l’on reste assis la plupart du temps, il va bien falloir trouver du temps pour rendre actif ce corps. Une nécessité à la fois pour la santé mais aussi pour le sommeil.

Le sport peut vous aider à vous « défouler » et évacuer le trop plein de tensions et d’énergies négatives emmagasinées. De plus, l’activité physique a une action calmante grâce à une substance produite par le cerveau, les endorphines. Toute activité est bénéfique mais surtout essentielle pour diminuer les effets du stress.

8. Dormir et se reposer

Apprenez à dormir régulièrement et suffisamment chaque jour et évitez au maximum tous les excitants (tabac, alcool, drogues, cafés, thés…).

N’hésitez pas à tester les micro-siestes pour recharger vos batteries en pleine journée. Les soucis sous-jacents, la conscience d’être peut-être en retard, voire l’anticipation de nouveaux problèmes, une inquiétude par rapport à un membre de la famille, en bref tout cela nage à la surface du sommeil et empêche de retrouver calmement les bras de Morphée. Si cela se renouvelle au fils des nuits, lié au surmenage, la sensation de fatigue générale va s’accentuer de par la charge de travail à assurer. Mieux vaut prendre les devants et mettre une stratégie au point.

Que l’on soit chez soi ou au bureau et quel que soit le niveau de travail, il convient d’intégrer des pauses dans sa routine : se lever de sa chaise toutes les heures pour se détendre les jambes et s’étirer, faire des pauses pour boire ou marcher, pratiquer des micro-siestes… C’est comme tout, l’idéal c’est « ni trop ni trop peu ».

9. Demander de l’aide

Pas facile, mais il faut cependant trouver le courage de demander du soutien. Il arrive en effet qu’une fierté mal placée, la peur de se voir dévalorisée parce que l’on ne parvient pas à tout assumer empêche d’avoir recours à ce type de solutions, pourtant accessibles.

L’environnement n’est pas aveugle sur ce qui se passe, mais ne réagit pas de façon spontanée. Il faut donner le signal du trop-plein. Aujourd’hui, de nombreuses solutions d’aide et de services à domicile existent. Autant en profiter.

10. Se faire plaisir et penser à soi

Pour évacuer le stress et retrouver équilibre et sérénité intérieure, rien de tel que le plaisir. Ce ne sont pas les idées qui manquent généralement, l’important étant que l’activité en question permette de vraiment déconnecter ses pensées du quotidien et de toute pollution extérieure.

Changer d’air au propre comme au figuré constitue un véritable bienfait. S’étirer, changer de position, aller se promener dehors. Tout cela fait le plus grand bien. Il faut également s’autoriser régulièrement des jours de vacances et couper absolument de son quotidien débordant d’activités pour ne rien faire.

Il faut donc apprendre à se respecter soi-même et à s’aimer un peu plus. En vous couchant, prenez l’habitude de faire le point sur votre journée et de vous féliciter pour tout le travail accompli. Et au réveil, trouvez chaque jour une idée de chose agréable à faire rien que pour vous ! Vous verrez, ça fait tout de suite mieux passer la pilule des autres tâches à accomplir et ça donne immédiatement le sourire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donec vulputate, felis libero. Aliquam sed risus. elementum