Innovation

Le rêve de l’ordinateur quantique va-t-il bientôt devenir réalité ?2 min read

25 juin 2019 2 min read

author:

Le rêve de l’ordinateur quantique va-t-il bientôt devenir réalité ?2 min read

Reading Time: 2 minutes

Grâce à l’augmentation exponentielle des puissances de calcul, il sera capable de réaliser des tâches impossibles actuellement, de créer des solutions inaccessibles aujourd’hui pour faire avancer la science et la recherche. Sans compter la confidentialité absolue des communications.

Suprémacie

La course est lancée au niveau international, car il ne s’agit pas d’être en reste par rapport à des pays comme la Chine qui investissent beaucoup dans ce domaine. La maîtrise de l’ordinateur quantique octroiera à celui qui la possède une suprématie incomparable.

Les mastodontes sortent leurs griffes

Microsoft annonce pouvoir créer un ordinateur quantique d’ici cinq ans ; IBM parle même de trois ans. La France dispose pour sa part d’une recherche de qualité, notamment au CEA et au CNRS. En fait, en 2015 déjà, Google présentait son ordinateur quantique, le D-Wave 2X, 100 millions de fois plus rapide qu’un ordinateur classique. Mais ces premiers spécimens sont des prototypes d’une taille considérable, les qubits en aluminium devant être maintenus à -270°C pour conserver l’état de superposition quantique.

La commercialisation n’est pas pour aujourd’hui. En effet, la conception d’un tel ordinateur se heurte à de nombreux obstacles. Contrairement aux bits classiques qui ne peuvent connaître que deux valeurs (0 ou 1), dans le nanomonde les qubits (« quantum-bits ») peuvent être à la fois dans plusieurs états. Ils se composent d’une superposition de deux états de base qui correspondent à des amplitudes de probabilité. Seulement voilà, ces états sont extrêmement fragiles. D’où une difficulté pour parvenir jusqu’au bout des calculs. C’est pourquoi certains chercheurs estiment qu’on n’arrivera jamais à créer des ordinateurs quantiques opérationnels avec un grand nombre de qubits et un faible taux d’erreurs.

Le domaine des mesures révolutionné

La physique quantique règne sur nous également dans le domaine des mesures. 2019 verra la disparition des étalons physiques pour quatre d’entre elles : le kilogramme, l’ampère, le kelvin et la mole. Bien sûr, un kilo pèsera toujours un kilo, mais sa définition ne reposera plus sur un prototype matériel conservé précieusement sous trois cloches de verre, à Sèvres, dans les Hauts-de-Seine.

Les scientifiques ont estimé qu’au vu des connaissances actuelles, une définition reposant sur des constantes fondamentales de la physique (la constante de Planck dans le cas du kilogramme) est infiniment plus précise. « Seconde révolution quantique » (avec l’informatique), révolution de la métrologie (ou science de la mesure)… la physique de l’infiniment petit provoque actuellement des bouleversements d’importance dans notre monde macroscopique !  

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nec elit. Curabitur facilisis ut libero ipsum adipiscing sed pulvinar mattis