Rodolphe Bouin, président du Futuroscope : « Plus personne ne peut mettre des millions d’euros dans une campagne télé et berner les visiteurs »

Innovation 10 septembre 2018

author:

Rodolphe Bouin, président du Futuroscope : « Plus personne ne peut mettre des millions d’euros dans une campagne télé et berner les visiteurs »

Premier site touristique de la région Nouvelle-Aquitaine et premier employeur privé du département de la Vienne, le Futuroscope (108 M€ de CA, 430 salariés) accueille chaque année 2 millions de visiteurs. Rodolphe Bouin, son nouveau directeur, présente les ambitions du parc à horizon 2025.

Quelle est votre stratégie pour attirer davantage de public ?

On a entamé une longue phase de redressement du parc depuis 2003. Une fréquentation aux alentours de 2 millions de visites permet à l’entreprise d’avoir des comptes sains et de réinvestir massivement. Nous avons atteint un palier. En 2018, l’objectif est de stabiliser l’activité à ce niveau.

Et à moyen terme ?

Nous devons densifier le coeur du réacteur, à savoir le parc, et réfléchir à des leviers d’attractivité pour allonger la durée de séjour (attractions, offres complémentaires…). On veut faire venir les visiteurs de plus loin et les faire séjourner plus longtemps. On doit donc adapter le produit et lui donner plus de contenu. C’est l’étape d’après, à horizon 2025.

A quels types de projets faites-vous allusion ?

Le département va nous en amener deux beaux à court terme : une arena de 5 800 places en 2021, et une soufflerie en 2019, qui proposera des simulations de parachutisme (8 M€ d’investissements).

La construction d’un second parc est-elle entérinée ?

C’est une piste en accord avec notre volonté de faire du Futuroscope une destination de séjour. Cette seconde offre de moindre envergure, qui se consommera sur 2h30/3h30, pourrait déclencher un jour supplémentaire de visite.

« Le visiteur prend désormais la parole sur les réseaux sociaux ou sur Tripadvisor. Vous ne pouvez plus tricher »

Quel est votre critère numéro un pour évaluer vos progrès ?

On ne vise pas des progressions pharaoniques. Notre leitmotiv, c’est la satisfaction du visiteur. On ne joue pas avec ça, car c’est la fréquentation de demain.

Qu’est-ce qui vous différencie de la concurrence ?

Notre positionnement atypique et une marque reconnue – nous sommes le premier parc français sur les intentions de visite. On doit capitaliser là-dessus.

Quid de la concurrence ?

Elle n’a jamais été aussi forte avec des acteurs qui investissent massivement en communication et jouent beaucoup avec les prix et les promotions. Parmi les grands acteurs, on peut citer le Puy du Fou (Vendée), le Zoo de Beauval (Loir-et-Cher) ou encore Europa Park (Allemagne) et ses 2 millions de visiteurs français.

Y a-t-il encore de la place pour de nouveaux concepts ?

Le marché n’est pas saturé, il grossit de façon significative sous l’impulsion des différents acteurs. Malgré des fréquentations plus faibles, certains ont procédé à de gros investissements. Ils sont dirigés par des entrepreneurs intelligents.

« Nous ne maîtrisons plus la communication sur la qualité du produit »

D’autres acteurs peuvent-ils émerger ?

Ce sont des business où le nerf de la guerre reste l’investissement. Il faut une première impulsion assez forte. Hier, c’était les collectivités (Futuroscope, Vulcania…). Le département de la Vienne détient encore 33 % du capital du Futuroscope, derrière l’actionnaire principal, la Compagnie des Alpes (45 %), et reste propriétaire des lieux.

En quoi les usages des consommateurs ont-ils bouleversé votre activité ?

Le visiteur prend désormais la parole sur les réseaux sociaux ou sur Tripadvisor. Vous ne pouvez plus tricher : plus personne ne peut mettre des millions d’euros dans une campagne télé et berner les visiteurs. Nous ne maîtrisons plus la communication sur la qualité du produit.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sem, Donec tristique ante. ultricies felis