Gaël Duval : « Le monde de Google, c’est 1984 »

Innovation 28 juin 2018

author:

Gaël Duval : « Le monde de Google, c’est 1984 »

Initiateur d’Eelo, un smartphone qui protège vos données personnelles, Gaël Duval veut offrir une alternative à Google et Apple. Co-fondateur de l’incubateur normand Nfactory, le serial-entrepreneur dresse une feuille de route pour construire une souveraineté européenne.

En quoi l’omnipotence des géants américains est-elle problématique ?

Google a une politique extrêmement invasive. Ils veulent contrôler toute la chaîne de la vie numérique des utilisateurs, et donc leur vie. Sous couvert d’une image jeune et cool, c’est bien 1984 ou Bienvenue à Gattaca qui arrivent à grands pas.

Comment l’Europe est-elle devenue une « colonie américaine » ?

A la fin de la Seconde guerre mondiale, l’opération Paperclip (exfiltration de 1500 scientifiques allemands, NDLR) a permis aux Américains de siphonner la recherche et la technologie européennes au profit de leur complexe militaro-industriel.

Ensuite, les investissements publics massifs ont abouti à la création d’un écosystème numérique. Pendant que les Américains fonçaient, les dirigeants européens nous ont mené droit vers l’asservissement numérique.

« Aux Etats-Unis, la règle c’est « échoue, échoue, et échoue encore ». En Europe, échouer, c’est se griller auprès des investisseurs pour la suite. »

Une souveraineté numérique européenne est-elle possible ?

Il faudrait réunir plusieurs conditions : une prise de conscience des élites politiques, intellectuels et industrielles, ainsi qu’une maîtrise des technologies du numérique, qui passe par le financement du logiciel libre.

Comment faire émerger des licornes européennes ?

Il faut miser sur l’open source. La deuxième clé, c’est l’investissement : en Europe, les tickets sont entre 5 à 10 fois inférieurs à ce qu’on voit aux Etats-Unis. Il faut des fonds européens plus importants et moins frileux. La troisième clé, c’est un « Small Business Act » européen, afin de favoriser les petites entreprises. Enfin, aux Etats-Unis, la règle c’est « échoue, échoue, et échoue encore ». En Europe, échouer, c’est se griller auprès des investisseurs pour la suite.

Quelle est l’ambition d’Eelo ?

Nous rendre moins dépendants des géants du Web, notamment en matière de respect des données personnelles. Nos smartphones seront plus éthiques, totalement « dégooglisés » et grand public.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo. risus Donec ut eget dapibus ut elit. risus. sem, luctus