Entrepreneurs

Frédéric Dufaux : « C’est une valeur ajoutée pour Docapost d’être implanté dans le Sud de la France »

7 novembre 2018

author:

Frédéric Dufaux : « C’est une valeur ajoutée pour Docapost d’être implanté dans le Sud de la France »


Rennes, Paris, Louviers, Strasbourg… Avec 51 sites répartis à travers la France, Docapost, filiale numérique du Groupe la Poste, dispose d’un fort maillage territorial aux quatre coins du pays. Une zone géographique en particulier retient l’attention par son dynamisme : c’est la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) et sa technopole Sophia Antipolis. Explications de Frédéric Dufaux, directeur général adjoint de Docapost, à l’occasion du concours du Meilleur Dev de France 2018 (Dev pour « Développeur ») qui se déroulait à Paris le 23 octobre dernier sous l’égide de la digital company Ametix et de Docapost.

Comment Docapost est-il représenté dans le Sud de la France ?

En région PACA, nous disposons de centres de services, de data center à Aix et Marseille,  d’un centre d’éditique et d’un centre d’encaissement de chèques à Saint-Laurent-du-Var… La majeure partie de nos équipes se trouvent à Sophia Antipolis qui concentre 400 de nos développeurs informatique. Toutes les « Business Unit » de Docapost y sont représentées. On y trouve aussi notre centre d’innovation informatique spécialisé dans l’intelligence artificielle qui travaille étroitement avec l’INRIA (Institut National de Recherche en Sciences du Numérique) installé justement à Sophia.

De nombreuses entreprises, écoles et instituts de recherche du numérique sont présents à Sophia Antipolis. Pourquoi ?

Il y a tout un historique. Enfant, j’habitais la région et j’ai vu la zone de Sophia se créer : c’était une immense forêt de pins où les géants de la Tech de l’époque – Texas Instrument, IBM – se sont installés dans les années 80. L’ambition affichée des autorités politiques locales était de transformer Sophia Antipolis en  une Silicon Valley française. Quand on constate aujourd’hui la densité des écoles, le poids des sociétés, la qualité du pôle scientifique – numérique, pharmaceutique… – deSophia, effectivement, elles ont réussi leur pari.

Le climat et l’environnement y sont pour quelque chose ?

Déjà à l’époque de Texas Instrument et d’IBM, le soleil, la végétation et la notoriété internationale de la Côte d’Azur ont joué à plein. Aujourd’hui, quand on fait une team building, ça se passe sur la pelouse ou parmi les pins, c’est plus agréable que dans des bureaux. Il y  a une vraie qualité de vie : la mer est à 10 minutes, la montagne à 45 minutes, l’aéroport et le train sont très bien connectés au reste du monde, l’environnement professionnel est international… Et surtout la qualité et l’expertise des équipes que Docapost héberge sur ses sites de Sophia Antipolis : cet écosystème exigeant attire aussi bon nombre de talents.

Docapost a présenté une trentaine de ses développeurs au concours du Meilleur Dev de France cette année. À quand un Meilleur Dev PACA ?

Ce serait une possibilité en effet. C’est un concours d’autant plus intéressant que le niveau des algorithmes à résoudre est très élevé et nécessite un entraînement à la fois technique et psychologique. Ça correspond bien aux profils recherchés aujourd’hui : des développeurs ayant non seulement des compétences informatiques mais aussi des compétences comportementales, c’est-à-dire des personnalités qui sachent s’ouvrir aux autres et au monde.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

elit. nec Donec consectetur risus neque. mi, nunc amet, felis